« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le vendredi de la 1re semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Catéchisme de l'Église catholique
§1420-1421, 1468-1469

« Lève-toi »

      Par les sacrements de l'initiation chrĂ©tienne [baptĂŞme, confirmation, eucharistie], l'homme reçoit la vie nouvelle du Christ. Or, cette vie, nous la portons « en des vases d'argile » (2Co 4,7) ; maintenant, elle est encore « cachĂ©e avec le Christ en Dieu » (Col 3,3) ; nous sommes encore dans « notre demeure terrestre » (2Co 5,1) soumise Ă  la souffrance, Ă  la maladie et Ă  la mort. Cette vie nouvelle d'enfant de Dieu peut ĂŞtre affaiblie et mĂŞme perdue par le pĂ©chĂ©. Le Seigneur JĂ©sus Christ, mĂ©decin de nos âmes et de nos corps, lui qui a remis les pĂ©chĂ©s au paralytique et lui a rendu la santĂ© du corps, a voulu que son Église continue, dans la force de l'Esprit Saint, son Ĺ“uvre de guĂ©rison et de salut... C'est le but des deux sacrements de guĂ©rison : du sacrement de PĂ©nitence et de l'Onction des malades...

      Â« Toute l'efficacitĂ© de la PĂ©nitence consiste Ă  nous rĂ©tablir dans la grâce de Dieu et Ă  nous unir Ă  lui dans une souveraine amitiĂ©. » Le but et l'effet de ce sacrement sont donc la rĂ©conciliation avec Dieu. Chez ceux qui reçoivent le sacrement de PĂ©nitence avec un cĹ“ur contrit et dans une disposition religieuse, « il est suivi de la paix et de la tranquillitĂ© de la conscience, qu'accompagne une forte consolation spirituelle ». En effet, le sacrement de la rĂ©conciliation avec Dieu apporte une vĂ©ritable « rĂ©surrection spirituelle », une restitution de la dignitĂ© et des biens de la vie des enfants de Dieu dont le plus prĂ©cieux est l'amitiĂ© de Dieu (cf Lc 15,32).

      Ce sacrement nous rĂ©concilie avec l'Église. Le pĂ©chĂ© Ă©brèche ou brise la communion fraternelle. Le sacrement de PĂ©nitence la rĂ©pare ou la restaure. En ce sens, il ne guĂ©rit pas seulement celui qui est rĂ©tabli dans la communion ecclĂ©siale, il a aussi un effet vivifiant sur la vie de l'Église qui a souffert du pĂ©chĂ© d'un de ses membres (cf 1Co 12,26). RĂ©tabli ou affermi dans la communion des saints, le pĂ©cheur est fortifiĂ© par l'Ă©change des biens spirituels entre tous les membres vivants du Corps du Christ... Le pĂ©nitent pardonnĂ© se rĂ©concilie avec lui-mĂŞme dans la profondeur de son ĂŞtre, oĂą il rĂ©cupère la propre vĂ©ritĂ© intĂ©rieure ; il se rĂ©concilie avec les frères que de quelque manière il a offensĂ© et blessĂ© ; il se rĂ©concilie avec l'Église ; il se rĂ©concilie avec la crĂ©ation toute entière.



 
©Evangelizo.org 2001-2019